Articles

6 Raisons d'avoir plusieurs contrats d'assurance vie

 

Véritable boîte à outils de l’épargnant et placement préféré des Français, vous avez sûrement vous aussi un contrat d’assurance vie. Saviez-vous qu’avoir plusieurs contrats constitue une vraie valeur ajoutée et contribue à sécuriser votre épargne ?

Voici les 6 raisons d’avoir plusieurs contrats d’assurances vie.

1 – Diversifier intelligemment c’est se protéger

Vous connaissez le dicton  » ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier  » ? Et bien il s’applique aussi à l’assurance vie.

Cas classique que nous rencontrons auprès de nouveaux clients, l’intégralité de l’épargne en assurance vie est chez le même intermédiaire, souvent la banque où ils ont leurs comptes courants.

Cela signifie que l’intégralité de leur patrimoine est logée au même endroit.
Quand vous avez quelques dizaines de milliers d’euros, cela ne pose pas de problème mais quand vous avez plusieurs centaines de milliers d’euros… oui !

Notre conseil : Votre banque pour la gestion de vos comptes courants et livret, et votre épargne ailleurs.

2 – Mieux gérer la clause bénéficiaire

Dans un contrat d’assurance vie, vous pouvez définir les bénéficiaires de votre épargne en cas de décès. Seulement avec un seul contrat, vous êtes limité sur les possibilités qui vous sont offertes.

Par exemple, l’intérêt d’avoir plusieurs contrats est de pouvoir définir un bénéficiaire différent par contrat et ainsi avoir une certaine discrétion sur les montants accordés à chacun.

Le cas typique est la personne ayant des enfants de deux mariages différents et qui souhaitent par exemple favoriser les enfants de son premier mariage.

3 – Profiter des avantages des nouveaux contrats

Vous avez un contrat d’assurance vie ouvert il y a une dizaine d’années. Ce contrat, ouvert auprès de votre banque (le cas le plus classique) est certainement basique, il ne vous propose qu’un fond euro, deux ou trois gestions pilotées (sécuritaire, équilibré, dynamique) et quelques dizaines d’unités de compte.
Pour compléter, les unités de compte proviennent dans la majorité des cas de votre banque ou assureur. (votre banque est gagnante sur toute la ligne…)
Exemple, vous avez souscrit à un contrat d’assurance vie de la banque « Dupont », vous constaterez que les unités de comptes disponibles dans votre contrat sont quasiment toutes gérées par « Dupont ».

Avoir plusieurs contrats vous permet de profiter des nouveautés dans le monde de l’assurance vie et d’accéder à des contrats d’assurance vie avec des possibilités d’investissements et des options de gestions plus complètes.

Les contrats d’assurance vie que nous avons sélectionné pour nos clients proposent plusieurs fonds euros, des supports immobiliers, des centaines d’unités de comptes de société de gestion renommée (Rothschild, Pictet, Amundi, Covéa, Fidelity, JP Morgan, Financière de l’Échiquier, etc.), des etf, des actions, du private equity, etc.

À souligner, bien souvent les anciens contrats d’assurance vie sont plus chargés en frais que les nouveaux, c’est donc l’occasion également d’économiser sur ces derniers.

4 – Avant et après 70 ans

Contrairement aux idées reçues, l’assurance vie reste intéressante après 70 ans pour préparer la transmission de son patrimoine.
Cependant, la fiscalité diffère entre les versements effectués avant 70 ans et ceux effectués après 70 ans. cf. notre article « l’assurance vie, boîte à outils par excellence »

Pour résumer, tous les versements effectués avant vos 70 ans bénéficient du plafond d’exonération des droits de succession de 152 500 €. Au-delà de 70 ans, les versements effectués bénéficieront du plafond réduit à 30 500 € (sur l’ensemble de vos contrats et tous bénéficiaires confondus)

Ouvrir un deuxième contrat après 70 ans vous permet de ne pas mélanger deux régimes fiscaux au sein d’un même contrat. Simplification de gestion !

5 – Protection de l’épargne

Si votre assureur fait faillite ou n’est plus en mesure de faire face à ses obligations, vous pourrez être dédommagé par le FGAP (Fonds de garantie des assurances de personnes) et récupérer tout ou partie de votre épargne.

Cependant cette garantie est limitée à 70 000 € par assuré et par assureur. Vous comprenez aisément que si votre épargne est supérieure à ce plafond, il est plus que conseillé de répartir vos avoirs sur plusieurs contrats dans plusieurs compagnies.

De ce fait, vous pourrez protéger votre capital de manière plus efficace.

  • Exemple de monsieur Michel qui dispose de 250 000 € sur un contrat d’assurance vie chez Afer. Sur ces 250 000 € il n’est couvert par le FGAP que sur 70 000 €.
    Nous conseillons à monsieur Michel d’ouvrir 3 contrats auprès de trois assureurs différents afin de garantir l’intégralité de ses avoirs via le FGAP de chaque assureur.
    Monsieur Michel est d’autant plus satisfait qu’avec notre accompagnement, il a un conseiller unique qui l’aide pour la gestion de ses 4 contrats d’assurances vie.

6 – Autant de contrats que de stratégies

Dernier avantage d’avoir plusieurs contrats d’assurance vie, c’est le fait de pouvoir avoir des stratégies d’investissements différentes pour chaque contrat.

Souvent nos clients disposent de plusieurs contrats avec par exemple :

  • Un contrat avec une stratégie dynamique (unités de compte, etf, private equity)
  • Un contrat articulé autour de l’immobilier
  • Un contrat sécuritaire/équilibré permettant des retraits si besoin, quelle que soit l’actualité financière

Bien entendu, l’autre atout avec Elit’Valorys reste d’avoir un interlocuteur unique pour gérer l’intégralité de vos contrats.

Pourquoi choisir Elit’Valorys pour vous accompagner dans le choix et la gestion de vos assurances vie ?

  1. Du sur-mesure : Nous sommes convaincus d’une chose, tout contrat doit être parfaitement adapté à votre situation professionnelle, familiale et financière.
  2. Un suivi : Nous assurons un suivi des contrats de nos clients et les accompagnons dans l’évolution de leurs besoins
  3. Disponibilité : Plage horaire flexible, un seul numéro de téléphone et un conseiller unique qui vous connaîtra réellement.
  4. Contrats premium : Nous avons sélectionné des contrats de qualité offrant un large choix de possibilités tout en gardant à l’esprit qu’ils doivent rester accessibles à tous
  5. Indépendance : Notre indépendance est notre force, ce qui garantit l’objectivité de nos conseils sur le ou les contrats présentés
  6. Accessibilité : Ne vous déplacez pas, nous venons à vous ! (Montpellier, Hérault et Gard)
  7. Expertise : Notre expertise peut avoir ses limites dans certains cas, c’est la raison pour laquelle nous travaillons en partenariat avec des notaires, experts-comptables, fiscalistes

Pour aller plus loin

Rien de plus simple, contactez-nous par mail ou téléphone. 

Optimisons ensemble.

David Pacouret

 

 

 

 

David Pacouret
Montpellier

 

 

 

 

On en parle souvent, mais on ne mesure pas forcément les effets de la hausse des prix (inflation) sur la rentabilité réelle de votre épargne. Dans un contexte de taux bas, les effets de l’inflation sont d’autant plus redoutables sur les placements les plus sécuritaires. Explications. Lire la suite

S’il y a bien un sujet sensible, confus ou encore que l’on repousse à plus tard, c’est bien la retraite. Or vous le voyez bien depuis plusieurs années, l’avenir de la retraite par répartition tel que nous la connaissons actuellement est voué à disparaître progressivement au profit d’une retraite par capitalisation. Lire la suite

C’est un réflexe très partagé. A la naissance du petit dernier, ses parents lui ouvrent un livret A. Les anniversaires, fêtes, Noël, etc., sont autant d’occasions de gonfler cette tirelire. Et de se dire qu’à sa majorité, ce petit capital servira à financer ses études ou son permis de conduire.

Cette solution a l’avantage de la simplicité. Mais il y a mieux à faire en optant pour une assurance vie, de qualité s’entend ! Trois raisons à cela.

1er raison : Le rendement en faveur de l’assurance vie

La première est une question de rentabilité. En 2017, le livret A rapportait 0,75 % quand les fonds en euros de l’assurance vie servaient entre 1,6 % et 2 % (net de taxes sociales), pour une garantie identique en capital. Ce sera encore le cas cette année.
Et sur une longue période, le match « livret A versus fonds en euros » tourne sans conteste à l’avantage du second.

Livret A sur 10 ans avec 1000 €

Assurance Vie sur 10 ans avec 1000 €

Assurance Vie sur 10 ans avec 1000 € gestion Elit’Valorys

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le livret Jeunes ? Certes, il rapporte davantage, 1,50 ou 1,75 % dans la plupart des banques, 2 % chez les mieux-disant, mais il est réservé aux 12-25 ans et est plafonné à 1 600 euros. A utiliser pour gérer l’argent de poche, pas plus.

Un contrat souscrit tôt permet une allocation performante.

En d’autres termes plus tôt vous mettez en place une assurance vie pour vos enfants, plus la somme des intérêts sera importante

2ème raison : Durée = Opportunités

Second argument qui plaide en faveur de l’ouverture d’un contrat dès le plus jeune âge : l’horizon de placement.
« L’assurance vie multisupports permet de réaliser un investissement bien plus diversifié et modulable dans le temps que le livret A, souligne Corinne Caraux, directrice de l’ingénierie patrimoniale au Conservateur. Si le placement est ouvert dès le plus jeune âge, on dispose d’un temps assez long pour pouvoir investir en partie sur des fonds en actions, qui sont source de plus de performance sur la durée. »

Profitez de notre expertise à Montpellier et dans l’Hérault pour faire bénéficier à vos enfants d’un placement moderne qui les suivra durant de longues années et qui s’adaptera à leurs projets futurs.

Seule limite pour les parents : rester dans le cadre de l’article 385 du Code civil, donc « apporter dans la gestion des biens du mineur des soins prudents, diligents et avisés, dans le seul intérêt du mineur ». En mixant fonds en euros garanti et supports actions, vous serez dans les clous.

3ème raison : Pas de plafond dans l’assurance vie

Enfin, troisième avantage, l’assurance vie n’est pas plafonnée en montant (22 950 euros pour le livret A) ni en nombre de contrats, ce qui en fait un réceptacle adapté pour les sommes rondelettes reçues par donation ou succession. Convaincu ? Il faut maintenant s’entendre sur la marche à suivre. L’assurance vie s’ouvre sans condition d’âge, même si votre enfant n’a que quelques semaines.

Il revient à ses deux parents – juridiquement il s’agit de ses représentants légaux – de signer la mise en route du contrat. Pour les familles monoparentales, la situation est à peine différente, avec une forte simplification depuis 2016.

Attention, même en cas de donation importante, les grands-parents, ne peuvent pas représenter l’enfant. L’accord des représentants légaux, en l’occurrence les parents, sera toujours nécessaire au démarrage d’un contrat.

Ensuite, les mêmes signatures seront requises pour les actes de gestion : versements, rachats, arbitrages. La mise en place de versements programmés par virement bancaire se fait dans les mêmes conditions. A noter, lorsque l’enfant a plus de 12 ans, il peut apporter son consentement en signant le bulletin d’adhésion et les avenants liés aux opérations. Pour autant, la signature des représentants légaux reste indispensable. Dernier point important, sachez qu’un mineur ne peut pas désigner ses bénéficiaires, c’est-à-dire les personnes qui percevraient le capital au cas où il viendrait à décéder. La clause bénéficiaire sera automatiquement renseignée de la sorte : « mes héritiers selon la dévolution successorale ».

Voilà pour le cadre. Reste à alimenter le contrat. Juridiquement, il faut que l’enfant soit propriétaire des fonds qui vont être investis dans l’assurance vie, donc qu’il ait reçu cet argent par présent d’usage (petites sommes) ou par donation.

Clarifions d’emblée le sujet : à quel moment bascule-t-on du présent d’usage au don manuel, plus encadré et potentiellement taxable (voir p. 103) ? « Aucun montant n’est fixé par l’Administration, le présent d’usage devant rester lié à un événement et être sans excès par rapport au niveau de vie et de patrimoine du donateur, explique Marie-Hélène Poirier, directrice juridique et fiscale chez Swiss Life. Au-delà, il s’agit d’un don manuel. »

Une enveloppe souple pour les dons manuels

Si les présents d’usage échappent à toute taxation, les dons manuels, eux, peuvent bénéficier d’abattements fiscaux (100 000 euros tous les quinze ans par parent pour chaque enfant, 31 865 euros par grand-parent pour chaque petit, 5 310 euros par arrière grand-parent, autant d’abattements cumulables entre eux). Il faudra en parallèle déposer une déclaration au fisc via le formulaire n° 2735.

Bon à savoir, la donation en assurance vie peut être régie par un pacte adjoint. « Cet acte, réalisé sous seing privé, permet d’éviter que votre enfant ou petit-enfant, devenu jeune adulte, ne dilapide ses économies, explique Marie-Hélène Poirier. On peut ainsi fixer un âge minimal pour le retrait des fonds ou les demandes d’avance – qui ne peut toutefois excéder 25 ans – , ou encore pour autoriser les arbitrages. » Ce document permet également d’inclure une clause de représentation qui autorise à confier la gestion du contrat à un tiers, par exemple les grands-parents.

Attention, les dons manuels sont en principe rapportables à la succession du donateur si leurs bénéficiaires sont les héritiers légaux. « Les dons sont considérés comme une avance sur la succession, rappelle Marie-Hélène Poirier. Si vous souhaitez éviter que cette règle s’applique, il faut le mentionner dans le pacte adjoint par une clause de dispense de rapport. Quant aux parents ou grands-parents qui préfèrent recourir à une donation devant notaire, toutes les clauses du pacte adjoint doivent impérativement être précisées dans l’acte notarié de donation, celui-ci n’est pas modifiable a posteriori. »

Une fois le contexte bien balisé, place à la mise en pratique. Et là, gare aux erreurs d’aiguillage. Nombre d’établissements ont lancé des contrats dédiés aux mineurs. Mais il faut savoir où l’on met les pieds. Exemple avec le contrat Gulliver, chez LCL (tout récemment fermé à la vente). Sur cette assurance vie, le montant des versements annuels était contractuellement limité à 5 000 euros, ce qui ne permettait pas de recevoir une donation avec pacte adjoint. Sauf projet spécifique ou contrat de bonne qualité (par exemple à La France Mutualiste ou à la MIF), évitez ces offres étiquetées « enfants » et optez plutôt pour un bon contrat « classique », la plupart étant accessibles aux mineurs.

En réalité, tous les assureurs sont attentifs au segment de la jeunesse qui représente une part croissante de leur chiffre d’affaires. Illustration : sur les quatre premiers mois de 2018, 22 % des nouveaux adhérents de l’Afer, la célèbre association d’épargnants, avaient moins de 18 ans, c’est dire ! Concernant les donations avec pacte adjoint, des documents préremplis vous attendent dans toutes les compagnies.

A 18 ans, le changement de régime est net. Sauf dispositions contraires (pacte adjoint), votre enfant peut désormais lui-même gérer son contrat ou en souscrire un autre. Si l’assurance vie dont il dispose est jugée décevante, il est alors temps de la clôturer pour en souscrire une de meilleure facture.

Notre Avis : Horizon de placement de 15 à 20 ans, un placement qu’il pourra utiliser en tant qu’adulte pour son épargne, l’assurance vie est définitivement une très bonne opportunité à offrir à votre enfant.
Nous vous invitons à consulter notre article complet sur le fonctionnement de l’Assurance Vie et pour aller plus loin, l’article sur l’Assurance Vie avec Participation aux Bénéfices Différée

 

Crédit : Frédéric Giquel (mieuxvivre-votreargent.fr)
Crédit photo : Nirvana Nevermind

Pourquoi choisir Elit’Valorys pour l’assurance vie de votre enfant ?

 

  1. Du sur-mesure : Nous sommes convaincus d’une chose, tout contrat doit être le reflet de son épargnant et de ses objectifs.
  2. Un suivi : Nous assurons un suivi quotidien des contrats mis en place ensemble, avec un rapport trimestriel sur l’évolution de votre épargne
  3. Disponibilité : Plage horaires flexible, un seul numéro de téléphone et un conseiller unique qui vous connaîtra réellement.
  4. Contrats premium : Nous avons sélectionné des contrats de qualité offrant un large choix de possibilités tout en gardant à l’esprit qu’ils doivent rester accessible à tous
  5. Indépendance : Notre indépendance est notre force, ce qui garantie l’objectivité de nos conseils sur le ou les contrats présentés
  6. Accessibilité : Ne vous déplacez pas, nous venons à vous ! (Montpellier, Hérault et Gard)
  7. Expertise : Notre expertise peut avoir ses limites dans certains cas, c’est la raison pour laquelle nous travaillons en partenariat avec des notaires, experts-comptables, fiscalistes

 

Pour aller plus loin

Rien de plus simple, contactez moi via mail ou téléphone. 

Optimisons Ensemble.

David Pacouret

 

 

 

 

David Pacouret
Montpellier

Prudence pour les épargnantes

La prudence féminine saute aux yeux. Ce qui saute aux yeux également, c’est cette épargne en quasi léthargie sur les dépôts et livrets.

Banque en faillite, chute de votre épargne ?

Banque en faillite, chute de votre épargne ?

Banque en faillite ?

Depuis la crise financière, les banques apparaissent comme des colosses aux pieds d’argile. Comptes courants, livrets, assurances vie… Plusieurs dispositifs permettent de protéger les capitaux des épargnants. Mais les montants sont plafonnés. Lire la suite

Voir autrement que le livret A

Livret A par quoi le remplacer ? C’est la question du moment pour beaucoup de Français, surtout après l’annonce de la baisse du taux du Livret A et du LDD à 0.75 % pour le 01 Août 2015.

Livret A

C’est le placement le plus utilisé en France. Neuf Français sur dix en possèdent un. Mais son taux de rémunération ne cesse de baisser, Il atteindra au 01 août les 0.75 %, son niveau le plus bas depuis la création du Livret A en 1818.

Evolution du Livret A depuis 15 ans

La longue chute du livret A vers son taux le plus bas depuis 197 ans.

Résumé du Livret A
Rémunération nette au 1er août : 0,75%
Versement initial minimum : 1.5 € à 10 €

Plafond de dépôt : 22 950 €
Éligibilité : un Livret A par personne
Fiscalité : net d’impôts et de prélèvements sociaux
Succession : Rentre dans la succession

 

Il faut envisager le Livret A comme une simple tirelire. Très facile d’accès pour remplacer son réfrigérateur, sa machine à laver, sa télévision, faire réparer sa voiture ou toute autre dépense imprévue dans le budget mensuel de la famille.

Nota : Nous conseillons à nos clients de garder sur un livret A environ l’équivalent de deux salaires mensuels, soit en moyenne entre 2500 et 6000 euros.

En revanche pour le reste de vos économies, vers quoi s’orienter ?


LDD (ex codevi)

Le LDD ou Livret de Développement Durable, plus connu sous son ancien nom « Codevi » est très proche du livret A avec le même taux net de 0.75 % au 01 Août, en revanche son plafond de dépôt est limité à 12 000 euros.

Résumé du LDD
Rémunération nette au 1er août : 0,75%
Versement initial minimum : 15 €

Plafond de dépôt : 12 000 €
Éligibilité : un LDD par contribuable ou un livret pour chacun des époux ou partenaires de PACS
Fiscalité : net d’impôts et de prélèvements sociaux
Succession : Rentre dans la succession


LEP

Le LEP ou Livret d’Epargne Populaire reste légèrement plus intéressant avec un taux rémunérateur net de 1.25 %, cependant ce livret n’est disponible que pour les ménages ayant de faibles revenus.
Ne pas oubliez que ce livret à une limite de dépôt de seulement 7 700 euros.

Résumé du LEP
Rémunération nette au 1er août : 1,25%
Versement initial minimum : 30 €

Plafond de dépôt : 7 700 €
Éligibilité : Pour 2015, Revenu fiscal de référence inférieur à 19 235 € pour un célibataire ou 29 506 € pour un couple
Fiscalité : net d’impôts et de prélèvements sociaux
Succession : Rentre dans la succession


PEL

Le PEL ou Plan d’Epargne Logement, avec son taux brut de 1.5 % (soit 1.27 % net depuis le 01 Février 2016) est aussi rémunérateur que le LEP, toutefois il est beaucoup plus contraignant.

Un versement minimum de 540 euros par an est obligatoire (fractionnable par mois, trimestre ou semestre) et toute fermeture dans les 2 premières années ramène la rémunération à celle du Compte Epargne Logement, soit quasiment rien (0,42% net). Tout retrait avant 4 ans entraîne la clôture du PEL et au delà de 10 ans, vous ne pouvez plus effectuer de versements mais votre PEL continue de produire des intérêts pendant encore 5 ans.

Résumé du PEL
Rémunération nette au 1er Février 2016 : 1,27%
Versement initial minimum : 225 €

Plafond de dépôt : 61 200 €
Éligibilité : un PEL par personne.
Fiscalité : Soumis aux 15,5% prélèvements sociaux dès la première année. Au-delà de la 12ème année de détention, Imposé sur le revenu ou au taux forfaitaire de 24%
Succession : Rentre dans la succession


CEL ou le bon dernier

Le CEL ou Compte Epargne Logement en bon dernier ne rapportera que 0.50 % brut (0.42 % net) au 01 Août, car oui le CEL est fiscalisé…

Résumé du CEL
Rémunération nette au 1er août : 0,42%
Versement initial minimum : 300 €

Plafond de dépôt : 15 300 €
Éligibilité : un compte par personne.
Fiscalité : les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux, mais sont exonérés d’impôt sur le revenu durant les 12 premières années.
Succession : Rentre dans la succession


Assurance Vie

L’assurance Vie (contrat multi-supports) est de notre expérience une très bonne solution pour votre épargne, avec un taux rémunérateur allant de 2.3 % à + de 8%* elle peut aisément assurer le relais d’un ou plusieurs livrets.
Certes l’assurance vie est fiscalisée (uniquement sur les intérêts à la sortie d’une partie ou de la totalité du capital), en revanche elle n’entre pas dans la succession (droits et frais de succession) jusqu’à un plafond de capital de 152 500 euros* par bénéficiaire

L’assurance Vie a un « coût », frais d’ouverture de contrat (de 1% à 4.95 % du capital), frais sur versement (de 1% à 4.95%), frais de gestion (selon contrat), toutefois elle garde un fort pouvoir rémunérateur pour l’épargnant.
Vos économies ne sont pas bloquées et restent accessibles en cas de besoin. Au delà de 8 ans votre contrat d’assurance vie bénéficie d’une fiscalité avantageuse, à savoir un abattement sur les intérêts de 4 600 euros pour un célibataire ou 9 200 euros pour un couple marié.

Exemple : Vous êtes célibataire et retirez 10 000 euros euros sur votre contrat qui a plus de 8 ans, dans ces 10 000 euros  il y a 3 000 euros d’intérêts (plus-values). Vos intérêts ne dépassent pas le plafond (4 600 euros) de l’abattement, vous n’avez donc aucun impôt à payer (hors prélèvements sociaux) sur ces 10 000 euros.

*Le taux rémunérateur est variable selon le profil et les objectifs du client et des marchés financier. Cette fourchette moyenne est donnée à titre indicative. 

Résumé de l’Assurance Vie
Rémunération : Variable selon contrat et profil client ( de 2.3 % à + 8%)
Versement initial minimum : à partir de 1000 €

Plafond de dépôt : aucun
Éligibilité : Aucune limite de contrats par personne
Fiscalité : Les gains de l’assurance vie sont soumis aux prélèvements sociaux, même lorsqu’ils sont exonérés d’impôt sur le revenu.
Succession :Hors succession (dans 95% des cas) jusqu’à 152 500 € de capital par bénéficiaire (*pour les versements avant 70 ans)


Une Gestion Personnalisée :

Comme toute solution d’épargne que nous sélectionnons pour nos clients, nous assurons avec l’assurance vie un suivi et une gestion adaptée à vos objectifs et à votre profil et ce sans honoraires.

David Pacouret votre référent pour l’Hérault, Gard et Dordogne

Didier Perez votre référent pour les Pyrénées Orientales et Aude